Objet magique

L’objet magique, celui qui nous protège et nous émerveille, ou nous inquiète…
L’année dernière était présentée au musée du Quai Branly l’exposition Les maîtres du désordre, dont Jean de Loisy était le commissaire, et pour lequel l’artiste agit comme un anthropologue, un « révélateur » des choses de ce monde.
L’exposition, présentait un vaste ensemble d’objets animistes et d’œuvres d’art dont la force est qu’ils parlent et agissent d’eux-mêmes.
Les objets magiques sont ambivalents, ils peuvent soigner ou nuire, tout est question d’intention.
Ils sont parfois des objets qui permettent de communiquer avec d’autres espaces-temps, ou d’autres espèces (ainsi le cou de girafe articulé d’Aoo qui permet de communiquer avec le peuple girafe). On peut aussi considérer les baguettes de sourcier, le pendule, comme objets magiques (en relation avec l’invisible) autant qu’utilitaires (trouver l’eau, mesurer les vibrations énergétiques).

Les maitres du désordre au musée du Quai Branly

JL : Les objets magiques sont partout autour de nous et en nous. Certains objets sont si immatériels, que seules les images peuvent le traduire :
Le regard que l’on porte sur le monde est un objet magique.

Nous avons ou rencontrons régulièrement des objets magiques. Objets parfois banals, nous leur conférons un pouvoir particulier, et de fait devenons magiciens nous-mêmes.
Ce sont nos intentions qui les animent ; à nous de savoir nous en servir.

Certains objets magiques sont si personnels, que nous ne pouvons les dévoiler à autrui, et nous seuls connaissons leur valeur.

D’autres peuvent être anonymes, discrets, et nous partageons avec eux leur secret tacitement. D’autres sont là, vivant et dynamiques, accessibles à tous, et là encore, nous pouvons en prendre soin comme ils prennent soin de nous. Il est question de partage et de respect dans le vivre ensemble. Ces « objets magiques » à forte teneur politique et sociale, sont biens communs du vivant.

Le soleil et la lumière et le temps.

Le Weather project d’Olafur Eliasson, présenté en 2003, à la Turbine Hall de la Tate Modern à Londres, est un bel objet magique qui se partage entre tous.
Ici, une page extraite de mon exposé sur l’artiste pour le cours de Marion Laval-Jeantet, La fabrique des images, les usages du vivant : l’œuvre de l’artiste invite les visiteurs à l’observation d’un soleil à l’intérieur du lieu, dont la superficie est doublée par agrandissement vers le haut à l’aide d’un immense plafond-miroir. Les visiteurs prennent place dans l’espace, qui devient lieu de danse improvisée au sol. Le projet active le lieu comme espace collectif, où les visiteurs se retrouvent autour d’un soleil fédérateur.

Suit une petite galerie d’objets magiques qui me laissent observer tout le charme de la vie et joindre le matériel à l’immatériel.

La Sphère, elle se déplace avec le temps, on ne sait jamais où on va la trouver sur le chemin, peut-être quelque part encore sur ce blog…Jeanne Laurent Paris sphère sous la neige

Quelques réalisations d’objets magiques :

Paz y Sabio, le sage se déplace dans le paysage, à l’horizon atterrit un arc-en-ciel…Paz y sabio Jeanne Laurent

 

J.L, avril 2013