Une pomme est une pomme

Une pomme est une pomme

UNE POMME EST UNE POMME

Hybride, cette créature en mutation, mi-serpent mi-faune cherche la dernière pomme de l’arbre… Sculpture en techniques mixtes et matériaux recyclés, sur la mutation des espèces.

Le serpent se déroule et se transforme le long de l’arbre de la connaissance, il emprunte un visage d’homme, il est faune. Il cherche la pomme, s’est-il trompé de maison, pourquoi se tient-il hissé sur un lampadaire..?

 

HISTOIRE

La Créature est une sculpture réalisée en 2012, à partir de matériaux mis au rebut ou déchets glanés dans la nature, et fait suite à l’installation Sic Transit Gloria mundi, laquelle posait la problématique des continents de plastiques dans nos océans.

La question de la gestion de nos déchets, de son impact sur le vivant, de nos manières de produire, consommer, gaspiller et détruire notre environnement et les espèces vivantes, où l’art peut être un support de compréhension aux urgences, pour nous autres, à réviser nos comportements individuels et collectifs.

 

QUELS MATÉRIAUX ?

• Son corps mi-singe, la peau et de fibres de palmier :

D’un palmier issu de la colonie des arbres abattus au jardin des Halles* à Paris avant les travaux des nouveaux aménagements de l’actuel jardin Nelson Mandela, en même temps que les arbres du jardin des halles, c’est aussi le jardin Lalanne  qui fut démonté pour laisser la place au nouveau projet. Les arbres abattus ont été proposé aux artistes de la ville en 2012.

• Son corps mi-serpent : la queue est tissée de grillage, déchets papier et plastiques glanés ci ou là. Comment la créature se nourrit-elle, quels sont ses besoins, pourquoi mange-t-elle des déchets qu’elle ne saura digérer, expulser, recycler à leur tour ? La nature ne peut absorber ces matières transformées par l’homme.

• Son visage : la créature prote un masque à figure humaine, chacun se demande si elle souhaite ressembler à un homme ou si c’est un homme dont l’histoire génétique se révèle au monde et que son masque n’est que façade…ou est-ce une mutante, où l’on peut se demander qui descend de qui… de l’œuf ou la poule ?

• Son cœur : la créature porte son cœur caché en sa poitrine aux fibres végétales recouvertes d’une armure de soi(e) et de papier, malgré les apparences, son cœur est une mousse tendre…

 

« Back to the trees !!!  » l’entendrait-on penser ;

La créature s’accroche aux branches, hagarde sur ce qui lui reste de fierté, et sa complaisance à ne suivre que ses propres diktats, sourd aux cris de notre monde, lui même indifférent à ses vociférations.

Que de sa peau restera-t-il ? parchemin, nouvelles du monde, pelures de plastiques ?

Que nous reste-t-il  ?

La créature, son livret tendu, fait de sa propre peau, discourt esseulée face à une nature dépeuplée et indifférente, quand la soif et la concupiscence font taire même les oiseaux….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Créature était créée en 2012 pour la Biennale Le Génie des Jardins, avec le Génie de la Bastille, du 22 au 30 Septembre 2012, exposée ensuite aux rencontres de Monthelon en 2014 et à l’exposition Rhizomes, été 2015, au Château de Monthelon.

Artiste invitée auprès de la Pomme :
Marguerite Papazoglou y danse son solo « La proie pour l’ombre », et nous livre son interprétation du propos, le Samedi 29 Septembre.

Devant les miroirs, la danse s’arrête et se regarde. « Et si l’ombre était la plus belle ? la plus nécessaire ? L’homme qui avait perdu son ombre en savait quelque chose ! Perdre son ombre, sa moitié, son âme… Et si tout dualisme s’effaçait, que resterait-il ? »

 

Remerciements:

La sculpture Une Pomme est une pomme a été réalisée lors d’une résidence au Château de Monthelon.

Remerciements à l’équipe de Monthelon et à l’équipe des artistes du Génie de la Bastille.

 

 

* Voir les articles à propos de l’ancien Jardin des Halles :

http://jardindaventure.free.fr/pratique.htm
http://equipement.paris.fr/jardin-nelson-mandela-ex-des-halles-1765