Que l'œuf cru

Que l’œuf cru

« À la recherche du temps suspendu… »

installation performative et projection vidéo, 2014

À propos du processus de création :

Une cabane translucide, une fenêtre donne à voir sur un ciel en mouvement, en ses murs mouvants, une boîte noire… J’entre avec les visiteurs dans cette maison au-dessus des nuages, ouvre la boîte, elle contient un crâne accompagné d’un œuf. Je dépose l’œuf en équilibre, sur la boîte, sur le crâne…

…Et si l’œuf roule, il va tomber et s’écraser au sol, ses liquides vont nous éclabousser, nous gluer les pieds, tout sera raté, nous aurons l’air ridicules de nous être laissé corrompre à ce geste inutile…, et si, et si ça rate ! Rater, rater encore, rater mieux dirions-nous à la fin… pour enfin, recommencer !

Cependant, ici l’œuf ne roule ni ne tombe ;
L’œuf garde tout son aplomb avec confiance… et moi, je l’aurai juste un peu accompagné, installé un espace propice au calme et à l’essai…
De cet équilibre si fragile, jaillit la force de faire un prochain pas, et nous, nous restons là, suspendus et silencieux, économes, nous ne plus remuons l’air, et nous respirons ensemble.

«- Métaphysique du geste artistique, la quête de l’artiste et le geste créateur :
Si ma démarche s’intéresse davantage au processus, au cheminement, qu’au résultat produit, c’est qu’elle est en relation avec la conscience que tout est mouvement permanent ; une tentative sans cesse renouvelée de reconstruction, transformation, de transmission au regard extérieur, dans le souhait de partager, révéler sans tout dévoiler, d’une vision déjà sublime en sa source, et qui m’accompagne du plus loin de ma mémoire.
Elle s’approche de ce qui serait cette conscience du Tao, et que Lao Tseu présente ainsi :
« Il est un être indéterminé dans sa Perfection, qui était avant le ciel et la terre, impassible, immatériel ! Il subsiste, unique, immuable, omniprésent, impérissable.
On peut le considérer comme étant la Mère de l’Univers. Ne connaissant pas son nom, je le désigne par le mot Tao ». *
Comment rendre visible ce qui ne l’est pas ?
Comment partager ce que l’on ne peut nommer ?» **

*Lao Tseu, Tao Te king, le livre du Tao et de sa vertu, texte 25,  éditions Dervy, 2003,
** extrait de mon mémoire de recherche «Lieux et gestes de l’artiste : Processus de création et transformation de l’image documentaire d’atelier en matière artistique», page 54. (Consultation en ligne)

Ainsi cette installation performance, se répète à l’envie, une méditation sur le temps partagé, et sur la transmission ; et quid l’œuf cru ?
Ici, une pensée vers Ushio Amagatsu, nous offrant à chacun un œuf, nous invitant à le déposer sur le plancher de danse, avant d’accomplir la traversée du studio, «avec douceur et précision», un beau matin de danse il y a bien une quinzaine d’années de cela, en masterclass à l’atelier de Paris, où il nous guidait accompagné de ses danseurs… (lire Ushio Amagatsu, Dialogue avec la gravité, collection « Le souffle de l’esprit », éditions Actes Sud , 2000, traduction de Patrick De vos, page 23).

 

 

article en cours