À propos

(Fr • En)

La recherche de Jeanne Laurent se tourne vers l’empreinte de l’homme dans son environnement, ses traces, ses vanités ; une démarche qui évoque autant qu’elle questionne les mémoires du passé, présent, futur, explorant la relation visible/invisible, et cultivant des liens avec le monde : Arts visuels, art en mouvement, art relationnel.
• Artiste multimédium : des mises en espace ou installations in situ, les Voiles dans la nature et en ville, invitent les visiteurs à la déambulation et à la contemplation, et qui atteint une dimension rituelle et symbolique; ses travaux de peintures textiles évoquent des souvenirs, traces, paysages de l’âme, par impression de la couleur sur des matériaux souples, transformables, permettant le passage de deux à trois dimensions; Sa recherche en volume s’inspire plus directement du visible et du présent, pour représenter le vivant et la réalité des corps.
 Sculptures, textiles, installations, photographies, vidéos… Elle travaille par ailleurs à partir de matières recyclées, sur des projets liés aux questions environnementales, la consommation et la diminution des ressources naturelles, la gestion et le devenir des déchets; ainsi l’installation ‘Sic transit gloria mundi’, projet évolutif traitant de la problématique des continents de plastique.
Ses collaborations avec des artistes des arts vivants et des arts visuels complètent sa recherche personnelle, en des espaces de dialogue et de construction, de l’individuel au collectif.
• Performeur, elle pratique l’improvisation-performance : ainsi son projet du Muzéum, où elle incarne Madame La Muzéa, conservatrice, commissaire d’exposition, médiatrice et œuvre d’art du Muzéum. Le Muzéum est un ensemble curatorial et itinérant, où sont proposées des expositions temporaires, rassemblant les collections du Muzéum, associées aux collections du lieu d’accueil, et des œuvres d’artistes invités. Elle pratique la danse butoh et l’improvisation depuis 1995 : initiée par Masaki Iwana et Carlotta Ikeda, elle travaille régulièrement à l’atelier de Léone Cats Baril (Cie Ariadone et Cie Incarnat), et a suivi les enseignements en masterclass de Ushio Amatsu, Diego Pinon, ainsi qu’en acrobatie auprès d’Alexandre del Perugia, Thierry Baë, danse contemporaine auprès de Frey Faust, Marguerite Papazoglou (Lab’impro à l’ENS), marche sur le fil ainsi qu’une pratique le yoga depuis plus de dix ans.
• Art relationnel et pratiques collaboratives : une pratique qui diffère de la création d’œuvres-objets,  où ici, l’élaboration de projets collectifs, en co-conception, co-création, devient partie intégrante d’une conception globale artistique et culturelle.
Citoyenne de la commune de Montréal (Yonne), elle développe une réflexion sur l’art relationnel et environnemental, participe à des actions et rencontres collective au niveau local et international ; elle pilote le projet Métropole Nomade La Mémoire du Vivant (été 2016) : résidence à Monthelon de 12 artistes visuels (France, Brésil, Argentine) et l’exposition d’une œuvre collective faisant suite, à La Grange à Rhizomes, galerie à ciel ouvert dans le village de Montréal. Membre active de La Maison Hirondelle, qui développe à Montréal la galerie-épicerie La Nichée, avec l’équipe associative rassemblant producteurs, artistes et artisans locaux. 
Membre d’associations et collectifs d’artistes plasticiens ou pluridisciplinaires, association du Château de Monthelon (membre du conseil d’administration du Château de Monthelon, centre de recherche artistique sur la commune de Montréal (Yonne), fondé en 1989 par Ueli Hirzel, et qui accueille des artistes résidents du monde entier (150 à 200 artistes y sont accueillis chaque année), membre de l’association Le Génie de la Bastille, où elle organise ou co-organise des expositions collectives telles Le Muzeum, Le Labyrinthe, et le festival d’arts visuels La Semaine Floue (2ème édition au printemps 2016).

Recherche : Artiste auteur plasticienne, Jeanne Laurent est doctorante à l’ED APESA et membre de l’équipe EsPAS à l’Institut Acte-Cnrs. Diplomée d’un master 2 recherche sous la direction de Michel Sicard, à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, elle poursuit sa recherche doctorale sous la direction de Pascale Weber, en préparation de sa thèse : «L’Art comme facteur de développement durable».
Chercheuse en arts vivants et durables, plasticienne multimédium et performeur, organisatrice d’expositions en arts visuels, elle a par ailleurs une activité radiophonique (Radio Campus Paris, émission sur l’art contemporain En Pleines formes)
.

 

En

Jeanne Laurent’s research focuses on human print on its environment, its traces, vanities ; an approach questionning the past, present, future, exploriing the relation between visible and invisible, knitting links with the world as with photo and video works.
Installations in situ, Voiles in naturals or urban spaces, invite visitors to wandering and contemplation, reaching a ritual and symbolic dimension.
As multimedium artist, her textile works fly with the wind, her paintings on textile relate memories,  soul landscapes, by printing color on souple and recyclable materials, getting from two to three dimensions ; Her research in volume gets more inspired by the visible and the present, to represent reality and living of the bodies.
She also declines from recycled materials, on projects links to environmental issues, consumption. and reduction of natural ressources, waste management and becoming (as the installation «Sic transit gloria mundi’, evolutive project concerning the plastic continents issue.
Her collaborations with visual and living artists complete her personnal action, in dialogue and construction spaces, from individual to collective works.
• As performer, she pratices butoh dance since 1995 : initiated by Masaki Iwana and Carlotta Ikeda, she regularly woks at Léone Cats Baril atelier (Cie Ariadone et Cie Incarnat), and followed masterclasses by Ushio Amatsu, Diego Pinon, as well as acrobatie with Alexandre del Perugia, Thierry Bae, and contemporary dance with Frey Faust, Marguerite Papazoglou (Lab’impro at Ecole Nomrmale Sup, Paris), walkinging on a wire, and practices yoga for over ten years.
She practices performing-improvisation : her project «The Muzeum», where she incarnates Madame la Muzéa, conservator, curator, mediator and masterwork of The Muzeum. 
The muzeum is a curatorial and itinerant concept, where are proposed temporary exhibitions, gathering the Muzeum collections associated to the host place and works of guest artists.
• Based in Burgundy, she is member of administration council of the Château de Monthelon, art research center, on the land of Montréal (Yonne), founded in 1989 by Ueli Hirzel, and which hosts artists in residence from all over the world (150-200 artists are welcomed each year). She is there member of the professionnal training and develops the visual arts commission.
Citizen of the Montréal village (Yonne), she contributes to collective actions and meetings on local and international levels. She has lead the Métropole Nomade project in summer (residency in Monthelon with 12 visual artists (Brésil, Argentine, France) followed by an exhibition in the village of Montréal at the open air exhibition place La Grange à Rhizomes.
She is member of the groupe Le Génie de la Bastille, in Paris, where whe organizes or co-curate collective exhibitions, as the Muzeum, the Labyrinth, and La Semaine Floue (2nd edition in spring 16).

• Research : visual artist and author, Jeanne Laurent is currently in Phd studies at ED APESA and member of EsPAS team at the Acte-Cnrs institute. Graduated in a master 2 recherche under direction of Michel Sicard, at Paris 1 – Panthéon-Sorbonne University, where she currently follows  her doctoral research under direction of Pascale Weber, in preparation her thesis : «Art as factor of sustainable development».
Searcher in visual and sustainable arts, multimedium visual artist and performer, curator for visual arts exhibitions, she has also a radio activity (Radio Campus Paris, monthly radioshow on contemporary art En Pleines formes).

Actualités / News